Sélectionner une page

Central Park a inauguré mercredi sa première statue honorant de « vraies femmes », deux blanches et une noire, trois pionnières de la lutte pour les droits des femmes.

En 167 ans d’histoire, le célébrissime parc new-yorkais s’était doté d’une trentaine de statues. Mais elles honoraient uniquement des hommes blancs ou des personnages féminins de fiction, tels Alice au pays des merveilles ou la Juliette de Shakespeare, avec son Romeo.

Mercredi, « ce plafond de bronze » a été percé, selon les termes de l’ex-secrétaire d’État Hillary Clinton, présente à la cérémonie d’inauguration du monument, doublée d’une cérémonie virtuelle.

Le monument de bronze représente Sojourner Truth (1797-1883), Susan Anthony (1820-1906) et Elizabeth Stanton (1815-1902), trois militantes pour les droits des femmes et contre l’esclavage, rassemblées autour d’une table, apparemment en pleine discussion.

Son inauguration coïncide, à une semaine près, avec le 100e anniversaire de la ratification du 19e amendement de la Constitution américaine accordant le droit de vote aux femmes.

Réalisée par l’artiste Meredith Bergmann, la statue borde l’une des allées plus fréquentées du parc, la « Promenade des écrivains » (Literary Walk), non loin des statues de Shakespeare, du poète Robert Burns ou de Sir Walter Scott.

Elle marque l’aboutissement de sept ans d’efforts, a souligné Pam Elam, présidente du conseil d’administration de l’association Monumental Women, qui lutte pour la reconnaissance du rôle des femmes dans l’histoire.

Source : https://www.lapresse.ca/voyage/etats-unis/2020-08-26/une-statue-de-vraies-femmes-inauguree-a-central-park.php