Sélectionner une page

De la Bolivie à la Thaïlande, en passant par le Japon et l’Italie, tour d’horizon de ces expressions qui paraissent condenser l’esprit d’une culture.

Si vous vous rendez un jour au Costa Rica, vous découvrirez la pura vida. Littéralement : “la vie pure”. Cette expression est devenue le slogan officieux du pays, ainsi que celui de son office du tourisme. La vie pure, c’est rester tranquilo en toutes circonstances, savoir apprécier les plaisirs simples de la vie et se contenter de ce qu’on a.

Toutes les occasions sont bonnes pour dire pura vida : pour se saluer, remercier quelqu’un, voire, comme je l’ai observé, décrire un touriste renfrogné (auquel cas, on l’accompagne d’un sourire narquois). Mais au-delà de l’expression en soi, les Costaricains sont bel et bien parmi les personnes les plus détendues et aimables que l’on puisse rencontrer. Rien de surprenant, donc, si le Costa Rica est régulièrement décrit comme l’un des pays les plus heureux au monde. Ce joyau de l’Amérique centrale, avec sa pura vida, ses forêts tropicales et ses plages, sans oublier sa large population de paresseux, ne manquera pas de vous redonner le sourire.

Aujourd’hui, nos experts des quatre coins du monde vous proposent un tour d’horizon des expressions surprenantes qui semblent résumer toute une philosophie.

Japon : “Gambatte !”, le mantra national

Le Japon n’a pas pour seules spécialités les sushis et le design minimaliste : la langue du pays du Soleil-Levant regorge de curieux mots aussi délicats à décrypter qu’à traduire. L’un de mes préférés, tsundoku, consternerait Marie Kondo, puisqu’il désigne une personne qui, comme moi, accumule au pied de son lit une pile de livres qui ne diminue jamais.

Mais je crois que l’expression qui résume le mieux la mentalité japonaise est “gambatte !”, obligatoirement assortie de son point d’exclamation. Vaguement équivalente à “Courage !” ou “Haut les cœurs !”, elle fait office de mantra national. Elle reflète à quel point il est important pour les Japonais de toujours faire de son mieux, non pas dans son propre intérêt, mais dans celui de la communauté. Gambatte ! représente leur état d’esprit face aux ravages d’un tsunami ou d’un tremblement de terre, comme le monde entier a pu le constater après la catastrophe de 2011.

Autres cas de figure : on peut dire “Gambatte !” avant un examen ou un entretien d’embauche, ou tout simplement lorsqu’on revient du supermarché chargé de sacs de course. Mes enfants ont l’habitude de m’encourager à grand renfort de “Gambatte !” quand je prends une côte difficile en mamachari (vélo utilitaire japonais) électrique.

Ensuite, difficile de trancher entre shinrin yoku (ces “bains de forêt” qui symbolisent le puissant lien spirituel et culturel qui unit les Japonais à la nature) et karoshi, c’est-à-dire “mourir de surmenage”. Le gouvernement japonais s’est vu contraint d’inventer ce dernier terme afin de décrire l’accroissement du nombre de morts dues à des journées de travail excessivement longues. Le cœur de la psyché japonaise doit se situer quelque part entre ces deux extrêmes.

Danielle Demetriou

Pays-Bas : “Gezelligheid”, sérénité et tolérance

Gezelligheid, soit le fait d’être gezellig, est la pierre angulaire du mode de vie néerlandais. Sans en embrasser toutes les subtilités, on traduit généralement gezellig par “chaleureux” ou “paisible”. À première vue, cet adjectif peut décrire une pièce éclairée à la bougie, chauffée par un feu de cheminée tandis qu’une pluie tapote aux carreaux de la fenêtre. Mais son sens est plus profond : il décrit une atmosphère calme et accueillante, où personne ne dérange personne. On peut dire que l’ambiance d’un petit café convivial est gezellig, contrairement à celle d’un club lors d’un enterrement de vie garçon. Les mères intiment souvent à leurs enfants de rester

Source : The telegraph relayé par Courrier international